La dictée : pourquoi ? comment ?

image titre dictées

 

Je vous donne ici quelques conseils et dresse une liste des différents types de dictées.

 

 

Mon retour d’expérience :

Lors de mes débuts en CE1/CE2, je m’arrachais les cheveux pour préparer mes dictées… Je ne vous présente pas ma manière de faire car franchement, c’était très perfectible. Disons que sur le papier, c’était pertinent mais qu’en réalité, je ne l’appliquais pas  correctement en classe. BREF !

Au niveau de la préparation des dictées, j’ai principalement fait deux erreurs :

  • Erreur 1 : Je n’avais pas de corpus de référence pour les textes. Je fouillais à droite à gauche en quête de phrases ou d’un texte de dictée qui me semblaient intéressants.

Si vous ne deviez retenir qu’un seul conseil, c’est celui-ci : ne vous prenez pas la tête sur le choix des textes ! Vous avez trouvé un ou deux corpus de dictées qui vous semblent adaptées au niveau de vos élèves ? Très bien ! Tenez-y vous ! OK ce n’est pas de la grande littérature ; OK les histoires sont bidons mais on s’en moque !!

  • Erreur 2 : Je cherchais des textes/phrases en lien avec le son étudié de la semaine.

Je ne dis pas qu’il ne faut pas faire coïncider la dictée avec l’étude d’un son. C’est une possibilité et c’est d’autant plus pertinent pour les sons complexes. Mais personnellement, je passais des heures et des heures à chercher le texte idéal pour au final, ne pas vraiment exploiter en classe ce lien entre le son de la semaine et la dictée. Je dépensais beaucoup d’énergie pour un enseignement implicite qui apportait peut-être aux « bons » élèves mais probablement pas aux plus fragiles. 

J’aurais dû prévoir un texte de dictées quelconque pour travailler l’étude de la langue et/ou une dictée de mots pour retravailler le son étudié. Cela aurait été beaucoup moins galère et plus efficace !

Je pense qu’il est primordial de garder en tête les objectifs que l’on vise avec la dictée. Cela évite de s’égarer. Mais au fait, c’est quoi les objectifs de la dictée ? (Oui je sais, ma transition est nulle.)

 

Quels objectifs ?

  • Travailler l’orthographe lexicale (mots fréquents, mots-outils)
  • Apprendre à mettre en pratique les règles de grammaire et de conjugaison.
  • Et possiblement, travailler la lien phonème/graphème.

 

Les différentes formes de dictées

Voici quelques idées  de dictées si vous cherchez l’inspiration.

A garder en tête : le temps de correction fait partie de l’apprentissage. Sans cela, la dictée se réduit à une simple évaluation.

 

  • Dictée de syllabes ou de mots :

Dans les programmes du cycle 2, il est conseillé d’activer la « remémorisation [des correspondances graphophonologiques] par de courtes et fréquentes dictées de syllabes ou de mots. »

C’est vrai que l’apprentissage de la lecture (décodage)  passe par l’écriture (encodage). A pratiquer sur ardoise ou cahier.

  • Dictée classique :

Le texte est composé de mots fréquents, connus, étudiés auparavant ou dont l’orthographe peut être déduit logiquement.

  • Dictée préparée :

Le texte est analysé collectivement avant la dictée.

  • Dictée étiquettes :

Remarque : cette activité est initialement destinée aux CP mais je pense qu’elle est adaptable aux autres niveaux.

L’enseignant montre un mot quelques instants, le lit puis le cache. Les élèves doivent le réécrire.

Alternative : chaque élève a deux enveloppes. L’une avec des étiquettes de mots à apprendre et l’autre pour les mots qui sont déjà mémorisés. L’élève pioche dans la première enveloppe, s’entraîne, recopie le mot. Puis il le cache et l’écrit : si c’est correct, il le met dans la deuxième enveloppe. Lors de la deuxième séance, il doit lire le mot, le cacher et l’écrire sans moment d’entraînement. Si l’orthographe est correcte, le mot reste dans la seconde enveloppe. Sinon, elle retourne dans la première enveloppe.

  •  Dictée avec aide :

Permettre aux élèves d’avoir recours à des supports d’aides (dictionnaire, Bescherelle, leçons…).

  • Autodictée :

Texte préparé et appris collectivement puis restitué individuellement.

  • Dictée copiée :

Restituer un texte analysé auparavant et déjà recopié. Très bon entraînement pour l’orthographe lexicale.

  • Dictée du jour / phrase du jour : 

On peut utiliser des phrases proches (utilisant les mêmes mots) ou mettre l’accent sur la même notion sur une même semaine

Les interactions avec les élèves doivent être importantes . Faire un bilan : Que retenez-vous de ce travail ? Qu’est-ce qui a été difficile ? La même phrase pourra être redictée un autre jour.

  •  La dictée piégée :

Une « fausse dictée » contenant 10 fautes est distribuée. Les élèves « jouent » à la maîtresse en corrigeant les fautes.

  •  La dictée caviardée : 

Le texte est distribué à chaque élève et affiché au tableau. S’en suit un débat sur les difficultés du texte. Puis, les élèves masquent au feutre noir les mots qu’ils sont certains d’écrire correctement et laissent visible les mots qui leur semblent trop complexes. Le texte est ensuite dicté. Les élèves peuvent s’appuyer sur leurs textes pour les mots difficiles.

Remarque : A voir. Cette méthode permet de différencier. Il faut vérifier que le feutre noir cache vraiment le texte ou directement imprimer le texte en gris foncé.

  •  Dictée négociée :

Les élèves écrivent la dictée individuellement puis se mettent en groupe et dialoguent pour rendre une seule dictée. Exemple dans une classe de CE2 :

Je sais : ça fait rêver… Plus d’infos sur cette séquence sur le site du réseau CANOPE, ici.

  • Dictée dialoguée :

Lecture du texte complet par l’enseignant. Puis lecture de la première phrase. Les élèves écrivent cette première phrase. Temps de relecture : les élèves peuvent interroger l’enseignant (les questions ne doivent pas être directement liées à la bonne réponse mais doivent constituer une aide à la réflexion pour la trouver). Puis la première phrase est corrigée collectivement et on poursuit de la même façon avec le reste du texte.

  • Dictée dialogué avec les élèves :

Même démarche que précédemment mais cette fois-ci l’enseignant se met en retrait. Les élèves s’interrogent entre eux. Là aussi, les questions doivent porter sur la réflexion sur la langue plutôt que sur la bonne réponse. La démarche est exigeante et nécessite d’avoir été préparée par le biais de la dictée dialoguée.

  • Dictée mémoire :

Écrire le texte de la dictée au tableau.  En effacer progressivement les composantes clés qui font l’objet d’un travail particulier. Les remplacer éventuellement par un dessin pour en garder la trace. Demander aux élèves de réécrire les éléments manquants.

  • Dictée en deux temps :

Les élèves écrivent la dictée sur une feuille. L’enseignant ramasse la dictée et distribue le texte. Les élèves soulignent les mots pour lesquels ils pensent avoir fait des erreurs. Ensuite, moment  collectif : pourquoi on a fait la faute ? Enfin, l’enseignant ressort la feuille et chacun corrige sa dictée.

  • Dictée photo :

L’enseignant dicte. Le texte est à disposition des élèves au fond de la classe. Les élèves peuvent aller voir le texte autant de fois qu’ils le veulent mais sans amener leur cahier. A chaque fois que l’élève va voir le texte, il fait une marque sur son cahier. Quand l’élève est sûr de lui, il le soumet à la validation.

 

Ce que je retiens de mes observations :

  • La dictée me semblait être une activité incontournable dès le CE1. Finalement j’ai constaté que bon nombre de mes collègues ne travaillent pas la dictée traditionnelle en CE1. D’autres types d’exercices sont alors mis en place pour travailler l’étude de la langue. Quant à l’orthographe lexicale, elle est travaillée grâce à des dictées de mots.
  • Quelque soit le niveau dont j’hériterai (du CE1 au CM2), je commencerai l’année par des dictées de mots, histoire de réviser les mots invariables. C’est un début en douceur, ça ne peut pas faire de mal et ça me laissera du temps pour faire connaissance avec les élèves (rythme d’écriture, niveau orthographique, etc.).  

Vous voilà maintenant incollables sur les dictées. J’espère que cet article vous aura inspiré. Si vous avez des livres ou d’autres ressources utiles à partager pour l’élaboration d’un corpus, n’hésitez pas à mettre leurs référence en commentaire. Bonne continuation ! 

 


 SOURCES :

Document de la circonscription de St Julien de Genevois – Académie de Grenoble : https://www.ac-grenoble.fr/ien.st-julien-en-genevois/IMG/pdf/pistes_dictees_activites.pdf

Animation pédagogique de la circonscription du Cannet – Académie de Nice : http://www.ac-nice.fr/iencannet/ien/file/ortho12/difftypesdedictees.pdf

Document de l’Académie de Nancy-Metz : ici

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.