Faut-il complimenter les élèves ?

Féliciter systématiquement les enfants leur permet-il de développer leur confiance en eux ou est-ce le meilleur moyen d’en faire des individus imbus de leur personne ?

La recherche suggère qu’il est très néfaste de dire à un enfant qu’il est intelligent et talentueux… Voyons cela en détail.

L’expérience scientifique

À la fin des années 1990, Claudia Mueller et Carol Dweck (Université de Columbia) ont réalisé une étude sur la psychologie du compliment. Pour leurs travaux, elles ont sélectionné plus de 400 enfants âgés de 10 à 12 ans aux profils socioculturels variés.

Tous ces enfants ont passé un « test d’intelligence ». Quelque soit le résultat obtenu, on leur a dit qu’ils avaient obtenu le très bon score de 80% de bonnes réponses. Puis trois groupes ont été constitués :

  • On a dit au premier groupe que ce résultat était la preuve de leur intelligence exceptionnelle. 
  • Aucun commentaire n’a été fait aux enfants du second groupe.
  • Les enfants du troisième groupe ont été félicité pour leur effort et non pour leur talent.

Ensuite, les chercheurs ont proposé aux enfants de choisir entre deux exercices :

  • L’un était assez difficile et le risque d’échouer était important, mais c’était un défi à relever et ils apprendraient des choses ;
  • L’autre était beaucoup plus facile et ils le réussiraient sans problème, mais ce ne serait pas très instructif pour eux.

Environ 65 % des enfants qui avaient été félicités pour leur intelligence ont choisi l’exercice facile contre 45 % des élèves non complimentés. Et seulement 10 % des élèves félicités pour leur effort ont opté pour la solution de facilité.

Autrement dit, les enfants complimentés évitaient de se remettre en question et optaient pour la solution de facilité.

Les chercheurs ont ensuite proposé aux enfants de résoudre des énigmes. Celles-ci étant difficiles, la plupart des enfants échouèrent. On leur a alors demandé s’ils avaient bien aimé ces devinettes et s’ils continueraient à y réfléchir une fois rentrés chez eux. Les trois groupes ont réagi très différemment.

  • Contrairement à leurs petits camarades, les enfants du premier groupe n’avaient pas pris plaisir à ces devinettes et n’avaient aucune envie d’y revenir. Les enfants complimentés pour leur effort ont quant à eux trouvé les exercices difficiles bien plus amusants et ils avaient envie de poursuivre leurs réflexions.

Enfin, les psychologues ont présenté un dernier test, tout aussi facile que le premier. Au début de l’expérience, tous les enfants avaient obtenu un score à peu près équivalent. Mais cette fois-ci, leurs performances ont été très inégales.

  • Les enfants complimentés pour leur intelligence ont obtenu un score nettement inférieur aux autres alors que les enfants du troisième groupe ont été plus performants.

D’après Claudia Mueller et Carol Dweck, il y a plusieurs explications à ce constat :

1) Un enfant qui s’entend dire qu’il est intelligent sera peut-être flatté, mais il aura peur de l’échec et évitera de se remettre en question.

2) Il s’imaginera qu’il n’a pas besoin de faire beaucoup d’efforts pour réussir. Il sera moins motivé. L’échec le découragera davantage. Il en conclura qu’il n’est pas aussi intelligent qu’on le lui a dit.

Pour l’anecdote, sachez qu’on avait demandé aux enfants de dire à leurs camarades la note obtenue à l’exercice difficile (les énigmes) : près de 40 % des enfants complimentés ont exagéré leurs notes… contre 10 % seulement de leurs camarades.

 

Conclusion 

Féliciter un élève pour son effort est différent de le complimenter sur son talent. En valorisant leur effort, on encourage les enfants à faire de leur mieux sans craindre l’échec. Le désir d’apprendre est supérieur à la peur d’une mauvaise note et ils n’hésitent donc pas à choisir un exercice plus difficile.

Ces enfants sont plus motivés et ont plus de chances de réussir. En cas d’erreur, ils attribuent leur mauvaise note à un manque d’effort, et non à un manque d’intelligence.

L’expérience présentée ici concerne des collégiens mais d’autres études auprès de jeunes enfants et d’adolescents sont arrivées aux mêmes conclusions.

 

Concrètement, comment féliciter l’effort en classe ?

Quand un élève réussit une évaluation, nous pouvons le féliciter d’avoir bien révisé, d’avoir su gérer la pression, d’avoir bien géré son temps, etc. Si nos élèves sont performants en sport collectif, mettons en avant leurs progrès et leurs esprits d’équipe. Préférons un « vous avez bien joué/travaillé aujourd’hui » à « vous êtes doués en natation/ en calcul mental. » De même, l’auteur conseille de dire « J’imagine que tu aimes dessiner et que tu t’entraînes souvent car tu dessines bien » plutôt que « tu es doué en dessin. »

 


SOURCE :

Encore une fois, j’ai écrit cet article grâce au livre de Richard Wiseman « 59 secondes pour prendre les bonnes décisions ». Je dois avouer que j’ai été agréablement surprise par ce livre.

Son titre au accent très commercial ne fait pas très sérieux. Pourtant son auteur, un professeur en psychologie , y évoque de multiples recherches nous permettant de répondre à des questions concrètes dans différents domaines (stress, motivation, créativité, couple, travail…).

Pour les curieux à l’esprit cartésien comme moi, c’est une lecture idéale pour se changer les idées pendant les vacances !

Lien vers la page Amazon du livre

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

2 réflexions sur “Faut-il complimenter les élèves ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.