Non ! Nos élèves ne sont pas des auditifs, des visuels ou des kinesthésiques !

neuromythe des styles d'apprentissageJe sais que beaucoup vont lire le titre de cet article et se dire « Oh bah non, moi je suis une visuelle. Je le sais bien. » Et bien non ! Vous n’apprenez pas mieux grâce au canal visuel. Cette notion est ce qu’on appelle un neuromythe.

C’est une croyance très populaire profondément ancrée dans notre culture mais totalement infondée scientifiquement. Je vous explique tout cela sans plus tarder.

Tout a commencé fin 2016 alors que je suivais un formidable MOOC de l’université belge de Mons. Dans un module, j’apprends qu’il est faux d’affirmer que certaines personnes sont plutôt visuelles, d’autres plutôt auditives et d’autres plutôt kinesthésiques. Or, je venais de lire des ouvrages très récents (y compris « des best-sellers ») qui faisaient référence à ces concepts ! Il n’en fallait pas moins pour titiller ma curiosité.

 

Une croyance très ancrée

En 2006, on comptait déjà plus de 650 ouvrages américains et canadiens sur ce sujet et plus de 4500 articles publiés dans des revues académiques et professionnelles. (Source : http://edupass.hypotheses.org/1049 )

Pas étonnant que je croyais en l’existence de ces différents styles d’apprentissages ! Je me souviens même avoir lu que la plupart des enseignants étaient « des visuels » et qu’inconsciemment leurs cours défavorisaient les élèves « auditifs et kinesthésiques »… !

 

Qu’en est-il réellement ?

Une étude scientifique de 2008 intitulée « Learning Styles : Concepts and Evidence » menée par Harold Pashler s’est intéressée à cette question.

Elle démontre que bien que les élèves peuvent avoir des préférences liées à un mode d’apprentissage, le fait d’enseigner en fonction de ces préférences ne favorise pas un meilleur apprentissage.

« Les élèves n’apprennent pas mieux quand ils reçoivent les informations dans leur style d’apprentissage favori, par exemple les styles visuel, auditif ou kinesthésique. »

Ainsi, on peut préférer un canal d’apprentissage mais ce n’est pas pour autant que nos autres canaux sont moins « bons ». En fait, l’apprentissage est plus efficace quand il est présenté de manière multimodale (en utilisant des mots et un visuel par exemple). 

En ce qui concerne les compétences, je vous laisse lire les propos du professeur et chercheur Daniel Willingham :

« […] les enfants ont des habiletés diverses en diverses modalités ; mais lui enseigner selon sa modalité préférée n’a pas d’impact sur sa réussite à l’école. Ce qui compte, c’est qu’on lui enseigne selon la modalité du contenu qu’on enseigne. »

Effectivement, on comprend bien que pour qu’un enfant apprenne à faire ses lacets, mieux vaut qu’il fasse les gestes (kinesthésique) plutôt qu’il regarde une vidéo explicative (visuel).

 

Ce qu’il faut retenir

 Steve Masson est clair à ce propos :

« Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas tenir compte des différences individuelles des élèves dans notre enseignement. Varier les méthodes d’enseignement – pour tous les élèves – est d’ailleurs important. La recherche actuelle nous dit seulement que le temps et l’énergie consacrés à enseigner selon la théorie des styles d’apprentissage seraient mieux investis dans des méthodes qui ont fait leurs preuves. La nuance est primordiale. »

Cet article a pour but d’attirer votre attention sur le fait que différencier tous les apprentissages en fonction de ces trois entrées est une perte de temps et d’énergie. Au lieu d’essayer en vain de transmettre des connaissances via les trois canaux (Comment accompagner les élèves « kinesthésiques » en cours d’histoire ?…), mieux vaut s’intéresser à des méthodes qui ont fait leurs preuves (les cartes mentales par exemple ou encore le fait de prendre appui sur les fausses représentations des élèves).

 


Remarques : Je parle ici d’un style d’apprentissage très connu (visuel, auditif, kinesthésique) mais il en existe bien d’autres. Les mêmes conclusions s’appliquent.

Si vous voulez aller plus loin, je vous conseille cet article de la Revue « A bâbord » : https://www.ababord.org/Les-styles-d-apprentissage-en


SOURCES PRINCIPALES :

MASSON Steve, BLANCHETTE SARRASIN Jérémie, Neuromythes en éducation : https://parlonsapprentissage.com/neuromythes-en-education/ 

Les styles d’apprentissage en éducation, in À bâbord !, n°33, février/mars 2010 https://www.ababord.org/Les-styles-d-apprentissage-en

GAUSEEEL Marie, « Ce que la recherche nous dit sur les styles d’apprentissage (ou retour sur un neuromythe) »,  http://edupass.hypotheses.org/1049

Blog de Shaun Killian : http://www.evidencebasedteaching.org.au/learning-styles-conceptual-change/#answer

PASHLER Harold, McDANIEL Mark, ROHRER Doug, BJORK Robert, « Learning Styles : Concepts and Evidence » in Psychological Science in the Public Interest, Décembre 2008. https://www.psychologicalscience.org/journals/pspi/PSPI_9_3.pdf

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.